samedi 14 novembre 2015

Paris, peace and love.






Que cherchent-ils ?
La peur
La dispersion
La division
Le repli
La haine

Que va-t-on leur donner ?
Que va-t-on leur donner
En retour ?

Nous ne leur donnerons pas la peur
Nous ne leur donnerons pas la division
Nous ne leur donnerons pas le repli
Nous ne leur donnerons pas la haine

La haine contre la haine
C’est ça qu’ils veulent

Alors
Nous leur répondrons par l’amour
Même si c’est dur
Même si nous sommes tentés d’haïr à notre tour
Ne leur donnons pas ça
Cette satisfaction
Ne les laissons pas gagner
Nous allons riposter
Par l’unité
Par le courage
Le courage de vivre
Et d’aimer
Malgré tout

L’amour ne mourra pas
L’art ne mourra pas
Les bombes les balles ne les tueront pas
Jamais

Nous allons continuer de
Rire
Chanter
Danser
Courir
Crier
Jouer
Partager
Aimer
Vivre

Ils ne pourront pas nous éteindre
Ils ne pourront pas nous contraindre
À ne plus vivre
Et à ne plus aimer
L’amour
Est la meilleure réponse que l’on peut donner
Pour ne pas leur donner cette illusion
D’avoir gagné

Ce matin dans ma rue
J’ai vu des gens sortir
J’ai vu des gens à leur fenêtre
J’ai vu des gens essayer

J’ai éprouvé énormément de tendresse pour eux
Nous ne sommes pas seuls

Dans le miroir de ma salle de bain ce matin je me suis vue
Les yeux rouges d’avoir tant pleuré
Pleuré sans pouvoir m’arrêter
Épuisée
Et pourtant
Ce matin devant le miroir de la salle de bain
J’ai souri
Du moins j’ai essayé

Je pense à tous ces gens que j’aime
Tous ces gens que j’aime
Et à cette ville que j’aime tant
Ce pays que j’aime tant
Cette planète que j’aime tant
Je pense aux rues de Paris si animées le soir
Et tous ces lieux d’art
Ces lieux de musique
Ces lieux de rire
Ces lieux d’histoire
Je me dis non
On ne peut pas tuer ça
C’est impossible
Ce ne sont pas de stupides armes à feu
Ces inventions si laides
Qui vont venir à bout d’une telle beauté

J’entends le chant d’un oiseau dans la cour intérieure
Le son d’une radio à l’étage inférieur
Je me dis ça continue
L’air circule
Le sang circule
Malgré tout
Je pleure les victimes
Et je célèbre les vivants
Malgré tout

Ici dans Paris
Je vis
Alors puisqu’il en est ainsi

Je continuerai.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

CHERE COLINE: merci pour ton poème qui est très beau et nous a beaucoup émus

Anonyme a dit…

Coline,
Voici le texte que tu n'as pas reçu: "Merci Coline pour ton poème d'amour, d'espoir et de vaillance. Ma gorge s'est serrée en te lisant, les larmes ont surgi à maintes reprises au cours de ces heures, cependant, ton dessin enveloppant cette jeunesse si belle, ton écriture ont apaisé l'ébullition des sentiments qui encombrent mon esprit. J'ai applaudi aussi la danse caressante de tes deux moi! Tu es forte à présent et heureuse même si ta vie n'est pas tout à fait semblable à tes rêves. Je t'embrasse très fort. Etty
PS: Si le temps et l'envie te le permettent, fais nous part de tes impressions sur cette ville que tu aimes tant! Et je comprends cette passion qui me fait encore trembler.

Enregistrer un commentaire